Retour sur le vForum 2014 de VMware

     Je l'ai déjà évoqué dans d'autres articles, Jeudi 5 juin 2014, VMware organisait son vForum 2014 à Paris. L’événement était fort sympa, et c'était l'occasion de discuter avec commerciaux et techniciens de VMware, mais aussi des nombreux partenaires présents. Par l'intermédiaire de son assemblée plénière qui s'est tenue le matin, VMware a pu préciser ses orientations et affirmer ses 3 piliers moteurs pour l'avenir. Et VMware en a profité pour décerner pour chacun de ces piliers un trophée à un client. Puis, tout au long de la journée, des conférences diverses avaient pour objectif de présenter divers produits de la marque, comme par exemple NSX, AirWatch, Horizon Suite, VSAN... Enfin, VMware et ses partenaires étaient présents dans le stand exposition afin de pouvoir échanger avec le public. 

VMware vForum 2014

 

VMware présente ses 3 piliers

Le vForum a débuté par une conférence d'ouverture. Cette Assemblée plénière a été l'occasion pour VMware de dévoiler sa stratégie et d'affirmer ses 3 axes constituant le modèle "Software-Defined Enterprise".

  • End-user computing : il s'agit de l'expérience utilisateur. L'idée de VMware est de fournir un espace de travail virtuel sécurisé permettant aux utilisateurs de travailler au rythme souhaité. Pour cela, VMware s'appuie sur deux produits phares : la suite Horizon, et la solution de MDM récemment acquise : AirWatch.

 

  • Sorftware-defined Data Center (SDDC) : axé sur l'automatisation de la mise à disposition, l'administration et le pilotage économique. Pour ce SDDC, VMware s'appuie sur NSX, un hyperviseur réseaux capable de créer des réseaux virtuels à la demande, et également sur Virtual SAN.

 

  • Hybrid Cloud : dont l'idée est de combiner la flexibilité du cloud public, avec la sécurité du cloud privé, et avec un management et un support unique.

 

Virtual Workspace : au delà de l'infrastructure vdi

Selon VMware, les défis à relever dans ce domaine sont la sécurité, la conformité, la gestion et le budget. 

La suite Horizon 6, dont les fonctions sont : produire, délivrer et consommer, est sortie aujourd'hui. La grande nouveauté de la suite Horizon 6 est la publication d'applications dans Workspace. VMware rattrape ainsi son retard sur son concurrent Citrix. Les applications sont tout simplement installées sur un serveur, et publiées ensuite. Il est même possible de publier des applications Citrix, Google... ou bien des applications fonctionnant dans une bulle applicative ThinApp. Et le tout, avec une authentification unique (single sign on).

Le but de VMware est de couvrir tous les cas possibles avec sa suite Horizon 6. Ainsi, la fonction délivrer concerne aussi bien les postes lourds à synchroniser, les postes virtuels, les applications publiées et le BYOD.

Pour rappel, la suite Horizon 6 comprend :

  • Horizon View qui permet la mise à disposition de postes de travail virtuels et  les applications publiées
  • Horizon Workspace qui fournit un espace de travail unifié pour les machines virtuelles et les applications publiées accessible depuis n'importe quel terminal
  • Horizon Mirage qui assure la sauvegarde des postes de travail en divisant l'image en plusieurs couches (plus d'infos)

Enfin, précisons que selon la licence Horizon choisie, la technologie Virtual SAN est intégrée (celle-ci sera détaillée plus bas). Installable en 3 clics, VSAN permet de réduire le coût du stockage de 50%.

 

Virtualisation des réseaux pour les environnements VMware avec NSX

Ici, on part de plusieurs constats.

- Dans un Datacenter, 60 à 70% du trafic réseau des VM s'effectue entre les machines du Datacenter. Et pour cela, le traffic repasse par les équipements réseaux : switchs et éventuellement routeurs...

- Chaque VM est connectée à un VLAN. Si l'on souhaite déplacer la VM sur un autre hyperviseur, il faut s'assurer que ce dernier possède bien l'accès au VLAN etc.

Pour résoudre ces "problèmes", VMware a mis au point NSX, un hyperviseur réseau. Il fonctionne à peu près comme un hyperviseur classique (type ESX), mais ajoute en plus des fonctions réseaux au niveau du kernel. Dès lors, les machines peuvent communiquer directement entre elles, sans repasser par les switchs et les routeurs. Cela permet de réduire le traffic sur ces équipements, et de gagner en rapidité dans les échanges. Et il est inutile de changer switchs, routeurs etc... NSX fonctionne avec le matériel réseau en place. De plus, NSX permet de créer des réseaux virtuels à la demande. Il n'est alors plus nécessaire de créer des réseaux sur les équipements physiques.

NSX assure les fonctions de commutation, routage, firewall et load-balancer. Autant dire que j'ai hâte de le tester ^^.

 

Le "Software-Defined Storage" passe à la vitesse supérieure avec VSAN

L'objectif de VSAN est de rendre le stockage plus simple, et aussi d'en réduire les coûts. VSAN permet à l'administrateur vSphere d'être autonome au niveau du stockage.

Pour mettre en place VSAN, il faut au minimum 3 hyperviseurs, avec chacun au moins un SSD et un HDD. Les SSD seront utilisés pour le cache (et donc pour la performance), tandis que les HDD sont eux utilisés pour le stockage. En effet, les écritures se font dans un premier temps en cache sur SSD, puis dans un second temps sur les HDD. VSAN va alors permettre de créer un Virtual Store, avec ces différents hyperviseurs. 

VSAN est intégré dans le kernel de vSphere 5.5. Pour mettre en place VSAN, il faut disposer de vCenter v5.5 update 1, et des licences adéquates. Comme bon nombre de nouveautés, VSAN est administrable depuis le console Web de vSphere.

Lorsque l'on active VSAN, on a le choix entre un mode automatique, qui va prendre tous les disques de tous les hyperviseurs pour construire le Virtual Store, ou bien un mode manuel qui permettra de définir quels seront les disques à inclure.

Pour augmenter les performances, il faut ajouter des SSD, à chaud. Cela a pour conséquences d'augmenter les I/O du Virtual Store. Pour augmenter la capacité de stockage, il convient d'ajouter des HDD, à chaud également.

Pour relier les hyperviseurs entre eux, VMware recommande un lien réseau d'au moins 10Gbps.

Une fois le Virtual Store créé, il convient de définir des politiques de disponibilité, capacité et performances. Et c'est ensuite l'hyperviseur qui gère le tout. De la même manière que l'hyperviseur Compute gère la répartition CPU et RAM, VSAN va gérer le stockage de manière automatique et optimisée. Si une panne est trop "longue", VSAN va être capable de reconstruire les données sur un autre hyperviseur disposant des ressources nécessaires.

Côté performances, VMware annonce que la latence est identique à un stockage SAN classique, et que VSAN ne consomme que 5 à 10% des ressources CPU (sauf opération de reconstruction).

Tout comme pour NSX, je dois bien avouer que j'ai hâte de tester cela.

 

Voilà pour mon bref résumé des quelques conférences auxquelles j'ai assisté lors de ce vForum 2014.

 

Sandstorm

Sandstorm

Ingénieur Systèmes passionné d'informatique et de High-Tech, Sandstorm a créé JusteGeek.fr en 2013. Il aime les geekeries en tout genre. "Si un produit s'allume c'est un bon point. S'il est connecté, c'est encore mieux !"

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.