Au revoir libertés...

Les restrictions de libertés vont bon train ces derniers temps. Rappelez-vous déjà j'avais posté un article sur la censure sur le net mentionnant plusieurs atteintes à la liberté d'expression et d'opinions en nous interdisant de dire ce que l'on pense, de partager nos expériences avec les autres... 

Je vais peut être vous inquiéter, mais tous les domaines sont concernés. On parle voiture et stationnement ?  Initialement,  le droit de stationner son véhicule gratuitement est le principe, et le stationnement payant doit être une exception, décidée par arrêté municipal. Mais concrètement aujourd'hui, pouvez-vous me dire s'il reste encore des villes avec des places de stationnement gratuit ? Je n'en suis pas sûr. Plus ça va et plus les stationnements payants fleurissent partout... Et ce au détriment des places de stationnement gratuit. Pourtant les textes fondateurs n'ont pas changé. L'exception est tellement omniprésente que cela pourrait limite devenir la règle.

 

Sécurité routière et libertés

La sécurité routière, on en parle aussi ? Toutes ces mesures bien évidemment intelligentes qui réduisent nos libertés... Interdire de téléphoner au volant, dès lors que cela mobilise une main du conducteur, je suis d'accord. Je trouve cela logique et je suis le premier à pester quand je vois quelqu'un conduire n'importe comment... avec un téléphone dans la main. Mais le problème c'est que nos chers politiques ne s'arrêtent pas la. Prochainement (à partir du 30 juin 2015) l'utilisation des kits main-libre sera interdite en conduisant. Pourquoi ? Car cela déconcentre le conducteur... Mouais... Admettons... Mais si on va dans cette voie, alors il faut arrêter d'être naïf et faux-cul messieurs les politiques, et aller plus loin. Car si on est déconcentré en parlant à quelqu'un via un kit main-libre, il est évident qu'on l'est aussi lorsque l'on parle à un passager présent dans la voiture ! Donc il va falloir trouver un système pour interdire de parler au passagers... ou tout simplement interdire les passagers ! Et la radio ?! Oulala, la radio... on peut écouter attentivement les infos, chanter la dernière chanson à la mode etc. Bon ba là, c'est sans conteste : gros motif de déconcentration. Interdisez ! Et le GPS ? Parfois on se concentre sur ce que dit la dame (ou le monsieur), ainsi que sur la carte pour ne pas se tromper. Et bien ça aussi c'est motif de déconcentration au volant... Il va vraiment en falloir des interdictions pour rester cohérent. Enfin, s'il y avait de la cohérence dans les mesures qui sont prises, ça se saurait. En même temps la solution viendra d'elle même car d'ici quelques années, les voitures conduiront à notre place. Au revoir le plaisir de conduire.

Je suis vraiment lassé en ce moment de ces politiques à 2 francs qui ne visent qu'une chose : essayer de grappiller quelques euros sur le dos des particuliers que nous sommes. Car oui messieurs les politiques, c'est sur nous que retombent toutes ces mesures stupides qui nous pourrissent le quotidien... 

 

Renseignement et libertés

Et en parallèle c'est une autre liberté qui est sur le point d'être mise a mal : celle sur le droit a disposer d'une vie privée. Avec le fameux projet de loi sur le Renseignement qui sera voté prochainement au Sénat (déjà adopté à l'Assemblée Nationale), qui prévoit la mise en place d'une surveillance systématique des citoyens (honnêtes ou non). Du coup, je me dis que finalement, la présomption d'innocence n'existerait plus non plus : tous les citoyens seront surveillés quoi qu'ils fassent. Nous serons de ce fait "tous suspects". Magnifique ! Le plus drôle dans tout cela,  c'est que M. J.J. URVOAS, le rédacteur de ce projet, avait attiré l'attention en 1991 lorsque la loi sur le terrorisme avait été votée, puisque celle-ci l'avait été sous la procédure de vote simplifié. M. URVOAS avait alors "crié au scandale" affirmant qu'une telle procédure ne permettait pas d'avoir des débats sereins et un texte réfléchi... et que propose t-il pour cette loi sur le Renseignement ? Oh bah ça alors, la même procédure qu'en 1991 !

 

Droit de vote et libertés

Enfin, j'avais envie d'aborder un dernier point. On a constaté sur les derniers scrutins que l'abstention était forte. Oui, les gens sont de moins en moins nombreux à voter : absence, pas envie, citoyens qui ne se sentent pas représentés... les motifs peuvent être nombreux et sont tous recevables. Aucun problème, puisque le droit de vote est comme son nom l'indique un droit. Libre à chacun de l'exercer ou non. Moralement, c'est différent, car il est fondamental de s'exprimer, et le vote blanc peut permettre de montrer son désaccord. Mais sur le plan juridique, il s'agit d'une liberté d'exercer ce droit, ou de s'abstenir. Et en ce moment, on entend parler de rendre le droit de vote obligatoire. Ah ah ah. Alors là déjà ça me gêne. Dans ce cas, il ne faudrait plus parler de droit de vote, mais d'obligation de vote. Je trouve cette idée complètement stupide, car cela restreint encore une fois nos libertés. Après j'imagine très bien nos chers tête pensantes parlementaires nous sortir une connerie de ce genre. Alors dans ce cas, il faudrait rajouter une seconde obligation : que ceux qui sont censés nous représenter le fasse vraiment. Afin que l'on n'élise pas des fantômes. Car on le sait tous l'absentéisme à l'Assemblée est un phénomène répandu... et inadmissible. Prenons tout simplement l'exemple de ce magnifique projet de loi sur le Renseignement. Seulement 30 députés ont pris part au vote... sur 577. Ce qui ne fait même pas 10%... LAMENTABLE ! CONSTERNANT ! Un bel exemple de faites ce que je dis, pas ce que je fais.

Sur ce, je vais m'arrêter là, car je suis bien remonté en ce moment, et je pourrai continuer encore et encore...

 

Sandstorm

Sandstorm

Ingénieur Systèmes passionné d'informatique et de High-Tech, Sandstorm a créé JusteGeek.fr en 2013. Il aime les geekeries en tout genre.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.