Site icon JusteGeek

Découvrez VMware Mirage

          Mirage est un logiciel créé en 2011 par la société Wanova. En 2012, VMware a racheté Wanova, et le produit est donc devenu VMware Mirage. Quelques mois plus tard, VMware a intégré la solution Mirage dans une suite baptisée Horizon. Cela permet de regrouper le produit avec deux autres produits VMware : View et Workspace. Le but ici est de couvrir tous les cas d’usage possibles. Malgré l’existence de cette suite, le licensing  est assez souple, et il n’est pas obligatoire d’opter pour les trois produits. Il est ainsi possible de mixer les besoins. Par exemple, une entreprise peut opter pour 1000 licences Mirage et 100 Licences Mirage + View.

Et si je publie aujourd'hui cet article, c'est parce que le produit n'est pas très connu du public (du moins, c'est l'impression que j'ai). Pourtant, il présente une certaine originalité et est un peu unique en son genre. Il peut avoir sa place dans de nombreux projets en entreprises : PRA/PCA, maintenance logicielle, migration d'OS, migration hardware, migration logicielle, descente de configuration... Voyons donc plus précisémment ce dont il s'agit.

 

Mirage est un logiciel qui a pour but d'assurer la sauvegarde complète du poste, sous forme d'image, appelée CVD (Centralized Virtual Device). Jusque là, vous me direz, c'est classique. On retrouve, par exemple, cela chez Acronis avec ses images TIB. Oui, mais non ! Car Mirage va bien plus loin. La sauvegarde est effectuée en couches. Le poste est en effet divisé en 6 couches : système d'exploitation, drivers, application communes, identité machine, applications utilisateurs et données utilisateurs. 

 

Et l'intérêt de ce découpage en couches, est qu'il est possible d'agir sur une couche indépendament des autres. Par exemple, on peut modifier la couche OS pour y intégrer un correctif, et mettre en conformité tous les postes avec cette couche. Ainsi, les postes seront mis à jour, uniquement en ce qui concerne la couche OS.

Avant de détailler chaque couche, il convient de préciser que les couches rouges sont les couches « communes » à différentes machines, c'est-à-dire, sans personnalisation.  Ces couches sont gérées par l’administrateur. Ces couches n’ont pas besoin d’être remontées sur le serveur, et les mises à jour de ces couches proviennent exclusivement du serveur Mirage. A l’inverse, les couches bleues sont amenées à évoluer, elles sont synchronisées du poste vers le serveur Mirage. Les sauvegardes sont donc assurées de manière régulière. En effet, il convient de définir l’intervalle de temps qui s’écoule entre deux sauvegardes.

 

Les différentes couches

Couche système d'exploitation (OS) :

La couche OS, également appelée base layer, est la couche de base. Elle permet de gérer un ou plusieurs OS. Sont inclus dans l'OS, les éventuels correctifs (par exemple les KB Windows), et également, pour Windows, Internet Explorer.
On peut alors par exemple avoir une couche de base Windows 7 64 bits IE8 et une seconde couche Windows 7 64 bits IE11.
Ensuite, lorsqu'on installe le client Mirage sur un poste, il suffit de lui assigner une couche de base, et le poste sera mis en conformité avec cette couche.
Avantage pratique : lorsque l'entreprise reçoit un PC avec OS préinstallé, il suffit d'installer le client Mirage et d'appliquer une couche de base. Mirage fonctionnant en mode bloc et non pas en mode fichier, les blocs communs seront conservés, tandis que les blocs qui diffèrent seront remplacés...

Attention tout de même, il convient de préciser que la multiplication des couches de bases rendra l'administration plus compliquée...

 

Couche drivers :

La couche drivers contient, comme son nom l'indique, les drivers de la machine. Elle est définie par l'administrateur pour une plateforme donnée. La couche drivers sera ensuite appliquée automatiquement en fonction de critères prédéfinis. Pratique, cela permet de s'affranchir du matériel, et de pouvoir effectuer des migrations matérielles facilement.

Couche applications communes :

Il n'est pas rare que dans une entreprise, certaines applications soient communes à tous les postes de travail (par exemple un lecteur de PDF ou un logiciel de messagerie...). Ces applications peuvent alors constituer une couche qui sera appliquée à tous les postes. Cela permet alors de repousser les logicels en mode bloc, au lieu de procéder aux diverses installations. Un gain de temps réél selon VMware.
Et dans le cas d'une mise à jour d'un des logiciels, inutile de désinstaller l'ancienne version et de réinstaller la nouvelle sur tous les postes. Une simple mise à jour de la couche applications communes, et ensuite il ne reste qu'à synchroniser cette couche sur les postes. Là encore, seuls les blocs qui diffèrent seront changés.

Et cette couche permet aussi une maintenance logicielle plus rapide. Ainsi, un poste ne parvient plus à lancer une application, il suffit de lui synchroniser la couche application, et hop, en quelques secondes le problème est résolu.

 

Couche Identité du poste :

L'identité machine contient les informations propres à chaque machine : SID, hostname...

 

Couche applications utilisateurs :

Il s'agit là de couches applicatives, mais qui ne seront pas appliquées à tous les postes. Il s'agit en fait de plusieurs couches, puisqu'on peut potentiellement créer une couche par application. Tout comme la couche applications communes, l'utilisation de ces couches applicatives facilite la mise à jour des applications, ainsi que la maintenance logicielle. Une application ne fonctionne plus ? En quelques secondes/minutes, celle-ci peut être réparée, en synchronisant la couche correspondante.

 

Couche données utilisateurs :

La couche données utilisateurs est une couche unique regroupant les données du ou des utilisateurs du poste de travail. Sur chaque poste, il n'y a qu'une seule couche données utilisateurs, et ce quel que soit le nombre d'utilisateurs qui utilisent la machine. Il est ici dommage que l'utilisateur ne soit pas individualisé. Cela permettrait des mouvements faciles de l'utilisateur d'un poste à un autre. Pour cela, VMware recommande de combiner Mirage avec Workspace. La console Mirage permet de définir quels sont les fichiers/dossiers qui font partie de cette couche.

 

Restauration pour l'utilisateur

Etant donné que les données des utilisateurs sont sauvegardées, Mirage leur permet de les restaurer, soit après suppression, soit une restauration d'une version antérieure. Et pour cela deux solutions s'offrent à l'utilisateur : passer par le portail web qui permettra de restaurer un fichier à la fois, ou bien, utiliser le menu contextuel de Windows, dans lequel s'ajoutent deux entrées Mirage.

 

Administration de la solution

La solution Mirage est administrable de deux manières : soit par une MMC (Microsoft Management Console) qui peut être installée sur les postes des administrateurs, soit par une interface web. Dans les deux cas, l'administration se fait en anglais, car aucune traduction française n'est disponible. L'interface web est moins complète que la MMC. Voici des captures d'écran de la MMC, et de cette fameuse interface web.

 

Optimisation, performances

Mirage présente de nombreuses optimisations, notamment pour les transferts réseaux. Ainsi, comme je l'ai dis plus haut, la solution fonctionne en mode bloc. Cela permet de transférer moins de données. Ensuite, Mirage fait de la déduplication. Là encore cela permet de réduire l'utilisation de la bande passante mais également du stockage. Ensuite, Mirage propose d'utiliser la fonction de Branch Reflector pour les sites distants. Ainsi, un seul des PC sur le site distant recevra les données, et servira de référence pour les autres postes locaux. Cela permet d'avoir un seul transfert par le WAN, puis une distribution locale.

La sauvegarde étant régulière, elle est assurée toute la journée, durant les heures de travail. Mais afin de ne pas géner l'utilisateur, Mirage module son activité en fonction de celle de l'utilisateur. Ainsi, l'agent Mirage analyse l'utilisation du clavier, de la souris et du réseau afin de voir s'il peut librement effectuer sa sauvegarde ou non. Voilà une fonction bien pratique qui rend la solution quasi transparente pour l'utilisateur.

 

Mirage peut donc prendre place dans de nombreux projets d'entreprise : sauvegarde des postes de travail, PRA/PCA, migrations diverses (OS, logicielles, matérielles), déploiement, maintenance logicielle... Je ne vais pas tout détailler ici mais si vous avez des questions sur le sujet, n'hésitez pas !

Les fonctionnalités de Mirage sont encore nombreuses, et je pourrais encore en parler longtemps (chiffrement possible des transferts WAN, reporting, versionning etc...). Mais je vais m'arrêter là pour cette présentation.

 

Exit mobile version